Présidence de la République

Agence de Promotion des Investissements et des Exportations

Relance de l’exportation de l’Ananas du Bénin grâce à la technologie du nucléaire.

L’Ananas du Bénin a retrouvé le chemin des exportations en août 2017 après six mois de suspension par le Gouvernement en raison de la présence d’un taux trop élevé de résidus d’éthéphon dépassant la limite maximale autorisée notamment sur le marché européen.

Cette décision prise en Conseil des Ministres du 02 août 2017 a été suivie d’un communiqué conjoint des Ministres de l’Agriculture et du Commerce stipulant que "Tout embarquement d’ananas à l’aéroport international CBG de Cotonou est subordonné à la présentation d’un certificat sanitaire et d’un certificat phytosanitaire portant la signature de l’inspecteur habileté et le cachet officiel de validation de l’Agence Béninoise de Sécurité Sanitaire des Aliments" (ABSSA).

L’éthéphon est une substance chimique qui permet de réguler la croissance de certains fruits et légumes et de leur donner une coloration jaune.

Alors, pour répondre aux exigences des clients européens qui préfèrent des ananas à peau jaune, certains producteurs béninois ont dû recourir à cet organophosphoré, autorisé en agriculture et en ont abusé, d’où le fort taux de résidus présents dans l’ananas.

A la suite d’un diagnostic effectué en début d’année 2017 sur ces résidus, il a été mis en place un plan d’action prioritaire comportant, entre autres, le recensement par l’Abssa des exportateurs d’ananas, des actions de renforcement des capacités du personnel du Laboratoire central de sécurité sanitaire des aliments (LCSSA) et un guide d’inspection des lots d’ananas.

Cependant la reprise de l’exportation de l’ananas a été permise grâce à l’adoption par le Bénin d’une technologie de pointe basée sur le nucléaire. Il s’agit de la chromatographie en phase liquide couplée à la spectrométrie de masse, en langage technique la LC MS/MS qui permet de régler ce problème et d'opérer un contrôle plus rigoureux des ananas produits.

Cette technologie, qui tire son fonctionnement de principes nucléaires, "utilise des sources radioactives et permet d'effectuer un contrôle au niveau national pour s’assurer que les produits destinés à l’exportation contiennent une dose d’éthéphon inférieure à la limite maximale autorisée".

Les analyses au niveau du LCSSA se font sur des échantillons prélevés dans les plantations par les inspecteurs sanitaires de l’Agence béninoise de la sécurité sanitaire des aliments (ABSSA), dont le LCSSA est le bras opérationnel. Lorsque les résultats de l’analyse sont bons, le producteur se voit délivrer un certificat sanitaire et a autorisation de couper, conditionner et exporter son ananas.

A l’exportation, le Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche dispose d’une équipe d’inspection avant embarquement à l’aéroport de Cotonou.  Un Certificat de conformité est alors remis à l'exportateur.

L’acquisition de cette nouvelle technologie et la mise en place de tout ce dispositif de contrôle ont été rendues possibles grâce à la collaboration de l'Agence Internationale de l'Energie Atomique (AIEA) et de l'Organisation des Nations unies pour l'Alimentation (FAO).