Présidence de la République

Agence de Promotion des Investissements et des Exportations

Le miel béninois désormais accepté sur le marché de l’Union Européenne

La nouvelle était au cœur d’une séance d’information et d’échanges avec les responsables de la plate-forme nationale des acteurs de la filière apicole au Bénin le lundi 12 mars 2018 dans les locaux du ministère de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche.

La commission européenne, à travers une décision en date du 15 février 2018, conformément à l’article 29 de la directive 96/23/CE du conseil, place le Bénin sur la liste des pays dont le miel peut être commercialisé dans l’espace UE. «Le Bénin a soumis à la Commission un plan pour le miel. Ce plan offre des garanties suffisantes et devrait être approuvé. Il convient donc d’ajouter le Bénin sur la liste, pour le miel», précise la décision de la Commission de l’Union Européenne.

A la séance d’information et d’échanges du lundi dernier avec la plate-forme des acteurs de la filière, chaque entité a énuméré sa responsabilité dans l’aboutissement heureux de cette démarche envers la Commission de l’Union Européenne. La Direction de l’élevage, à travers le Projet d’appui aux filières lait et viande (PAFILAV), veille au recensement des élevages apicoles, assure l’inspection du miel produit et procède à des prélèvements analysés aux laboratoires. Cependant, le Directeur monsieur Yao AKPO a appelé les acteurs à mieux s’organiser pour aller à une production industrielle afin de mieux profiter de cette ouverture.

Le Directeur de l’Agence béninoise de sécurité sanitaire des aliments (ABSSA) et le Directeur du Laboratoire central de contrôle de la sécurité sanitaire des aliments ont tour à tour expliqué les démarches menées en termes d’élaboration du plan de surveillance pour que la Commission européenne en arrive à cette décision. Le premier, Epiphane HOUSSOU, a émis le souhait que la filière soit mieux organisée et que les acteurs se fassent connaître par les structures d’inspection officielles pour les appuis nécessaires.

Pour le Directeur du laboratoire, Kinnou Kisito CHABI SIKA, c’est désormais la responsabilité du Bénin qui est engagée auprès de l’Union Européenne alors, a-t-il dit, il est indispensable d’aller à la réglementation de la filière. Evidemment, le Président de la plate-forme des acteurs de la filière a exprimé toute sa joie d’accéder au marché de l’Union Européenne. Yantannou SARKI a rassuré que son bureau va œuvrer afin que l’apiculture se développe et que le miel se produise selon les exigences internationales.

Au nom du ministre de l’agriculture, de l’élevage et de la pêche empêché, le Directeur de cabinet a souligné que c’est incontestablement une bonne nouvelle pour le Bénin. Bonaventure KOUAKANOU a souligné que le ministère a identifié des filières phares mais travaille également sur des filières émergentes et le miel en est une. «Il n’est pas exclu que l’apiculture vienne prendre la place des filières phares d’aujourd’hui », a souligné le Directeur de cabinet, mais cela demande une professionnalisation continue de la filière a-t-il ajouté. «Il faut se préparer à se conformer aux exigences du marché et donner un label du miel béninois sur le marché de l’Union Européenne», a conseiller M. KOUAKANOU.

Il faut souligner que très peu de pays africains figurent sur cette liste de la Commission de l’Union Européenne. En dehors du Bénin, il y a le Burkina Faso, l’Ile Maurice, l’Afrique du Sud et le Zimbabwe.

Direction de la Communication / Présidence de la République du Bénin